Parcoalpimarittime.it
« Torna versione grafica

Le retour spontané d'un grand prédateur

Le loup

Loup - Photo C. Joulot

Le loup (Canis lupus italicus), l'un des plus grands prédateurs européens, avait disparu de l'arc alpin au début du XXe siècle.
Mais, vers la fin des années 80, quelques exemplaires venant des Apennins abruzzais ont commencé à se déplacer du centre de l'Italie vers le nord, favorisés par l'abondance et la variété de proies disponibles et par l'augmentation des superficies boisées. En décembre 1992, donc, juste 70 ans après leur disparition, les deux premiers loups ont été officiellement observés et reconnus dans les Alpes Maritimes françaises.

A partir de ce moment-là, cette espèce a commencé à repeupler les vallées alpines sud-occidentales. Il ne s'est donc pas agi d'une réintroduction, ainsi qu'il a été, par exemple, dans le cas du bouquetin, mais d'une colonisation spontanée due au fait que les bonnes conditions environnementales pour le retour spontané de ce prédateur se sont recréés. Le contrôle continu nous permet de savoir qu'aujourd'hui, dans l'aire des Maritimes franco-italiennes, vivent en permanence 20-25 loups, répartis en petites bandes.

Le loup est très élusif, il perçoit la présence de l'homme à grande distance, il bouge essentiellement la nuit et se déplace sur de très grandes distances, même des dizaines de kilomètres en une seule nuit. Il est donc presque impossible pour un randonneur de repérer cet animal, il l'est moins d'en découvrir les traces sur le terrain, notamment l'hiver, sur la neige. Les erres sont très proches de celles d'un gros chien et ses excréments sont pleins de poils et de morceaux d'os.
Suiviste, le loup vit en petites bandes familiales à forte hiérarchie et il chasse en groupe, selon des techniques complexes et très efficaces.

Malgré les lois et les actions de sauvegarde, le loup n'a pas la vie facile : souvent à cause de peurs injustifiées mais difficiles à combattre et parfois pour des raisons très concrètes d'ordre économique, cet animal entre en collision avec les êtres humains, notamment les bergers, les éleveurs et les chasseurs, qui le considèrent un antagoniste. Le tout même si des études approfondies ont vérifié que les proies préférées du loup sont les grands herbivores sauvages, comme chamois, chevreuils, cerfs et mouflons, tandis que le bétail domestique ne dépasse jamais les 15% de son régime.

Pour approfondir et mieux comprendre la façon de vivre de ce prédateur, pour découvrir les différentes significations attribuées à sa figure par plusieurs peuples le long du temps, il est possible de visiter les deux sections du Centro faunistico "Uomini e lupi", où il est aussi possible d'observer quelques loups hébergés dans la grande enceinte de huit hectares.


powered by Frequenze Software
Ente di gestione Aree protette delle Alpi Marittime