Parcoalpimarittime.it
« Torna versione grafica

Les pionniers des Marittime

L'exploration des Alpes du Sud par les alpinistes

...entre les hommes et ces montagnes, des fois, naissent des amours un peu désespérés et exclusifs, fidèles et tenaces. Et c'est pour cette raison que, pour comprendre l'alpinisme de la région de Cuneo, il faut aimer ou du moins comprendre le terrain de jeu de ces hommes : les Alpi Marittime.
Gian Piero Motti, Storia dell'alpinismo

Malgré le fait qu'elles étaient parcourues dans toutes directions par des marchands, des contrebandiers, des pèlerins et des troupes militaires, pendant longtemps les Marittime ne suscitèrent aucun intérêt parmi les alpinistes. Probablement parce qu'elles sont décentrées et qu'elles n'ont pas de sommets de plus de 4000 mètres, elles furent découvertes par les alpinistes en retard par rapport à d'autres régions de l'arc alpin. Les premières reconnaissances, encore une fois, sont liées à la maison de Savoie : les topographes de Sa Majesté cherchaient tout simplement des points élevés pour effectuer des mesures trigonométriques.

Vers la fin du XIXe siècle, pendant que le grand monde piémontais découvrait le tourisme alpin lié aux thermes et aux villégiatures, des alpinistes anglais, américains et autrichiens tels Freshfield, Coolidge et Purtscheller, donnent une impulsion à la saison de la véritable exploration alpiniste de la région. C'est dans cette période, et précisément en 1879, que Coolidge atteint la plus haute des élévations des Marittime : la Cime Sud de l'Argentera.

La fin du siècle voit l'entrée sur le terrain de l'explorateur des Marittime le plus assidu, le noble niçois Victor Spitalieri de Cessole qui, en août 1903, avec les guides Ghigo et Plent, atteint le sommet du Corno Stella, jusqu'alors jugé comme complètement inaccessible. À partir de ce moment-là s'ouvre une période où voies, parois, crêtes et couloirs enneigés sont explorés par des alpinistes tels Ellena, Soria et Vernet (dans les années Trente), Campia et Guderzo (dans les années Quarante et Cinquante).

L'objectif n'est plus seulement la conquête d'un sommet inviolé, mais la recherche de lignes de montée logiques, élégantes et souvent très difficiles. Le reste, c'est de l'histoire de nos jours, assez éloignée de l'idée de "exploration", mais pas moins riche de raisons de charme pour autant. Elle tourne essentiellement autour du Corno Stella et, dans le territoire français, à la Cougourde : ses protagonistes sont des noms du calibre de Patrick Bérhault, Vincenzo Ravaschietto, Alessandro Gogna, Fulvio Scotto et Gianni Calcagno.


powered by Frequenze Software
Ente di gestione Aree protette delle Alpi Marittime