Parcoalpimarittime.it
« Torna versione grafica

Les gens bien des Marittime

L'homme et le territoire

La récolte du seigle (archive PNAM)

Memorie passi d’altri io calpesto.

Giovanni Lindo Ferretti

Où que nous soyons dans les Marittime, même dans le petit vallon le plus écarté et sauvage du Parc, loin des itinéraires fréquentés, même là, en bien ouvrant les yeux, nous pourrons trouver des traces du passage de quelqu'un qui est venu avant nous. Ce sont les ruines de fortifications à haute altitude, ce sont les postes de chasse dont le roi tirait sur les chamois, ce sont les restes des enceintes en pierre des bergers. Le sentier même nous parle des gens qui l'ont tracé et parcouru au cours des siècles. En effet, les Alpes du Sud sont des terres de gens en mouvement. Depuis plus de dix siècles, les gens s'aventurent sur ces montagnes pour en exploiter les pâturages d'altitude, pour commercer ou pour chercher du travail, pour faire la guerre ou pour se défendre, comme pèlerins ou comme contrebandiers.

Avec le temps, les gens ont aussi appris à habiter les terres hautes, où les hivers sont longs et les pentes raides. Où il faut savoir bâtir avec soin pour garder la chaleur et fuir le risque d'avalanches, où être essentiels est une habitude dictée par la nécessité. Où, pour vivre, il n'y a pas d'autre choix : il faut apprendre l'art de rester en équilibre sur l'alpe, en en utilisant les ressources au mieux.

Le paysage alpin des Alpes Maritimes est la montagne peinte par un peintre romantique : si sauvage que paraisse le paysage et que les éléments naturels semblent occuper tout le tableau par leur beauté ravagée ou sereine, dans un coin de la scène on peut toujours découvrir un passant, des ruines ou une ébauche de sentier.

Voilà le charme secret des Marittime : une nature sévère et sauvage gardant la mémoire et le présent d'une histoire écrite par des générations de montagnards...


powered by Frequenze Software
Ente di gestione Aree protette delle Alpi Marittime